Institut Destrée - The Destree Institute

               Accueil

Organisation

Recherche scientifique

Education permanente

Conseil

Action

Evénements

 

 

Jeanne Vercheval-Vervoort, Wallonne de l'année 2006
BELGA, PHOTO MICHEL KRAKOWSKI

Institut Destrée, Centre de recherche européen basé en Wallonie

Prix de la Wallonne de l'année 2006
Namur, 19 juin 2007

Jeanne Vercheval-Vervoort

Le Prix Bologne-Lemaire de la Wallonne de l’année 2006 a été remis ce 19 juin 2007 à Jeanne Vercheval-Vervoort.

Jeanne Vercheval-Vervoort est née à Charleroi en 1939. Elle épouse Georges Vercheval en 1958. Elle est la mère de Véronique et de Laurent. Jeanne Vercheval-Vervoort s'est impliquée, dès 1961, dans les mouvements sociaux liés à la condition ouvrière ainsi que dans le mouvement pour la paix.

A partir de 1969, à la suite d'une rencontre avec Chantal De Smet, elle s'engage résolument dans le mouvement féministe en créant les Marie Mineur, féministes en milieu ouvrier. Actif pour revendiquer la dépénalisation de l’avortement et pour l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes, le groupe sera présent lors des conflits sociaux, principalement dans la région du Centre, à Charleroi et à Liège.

Jeanne Vercheval-Vervoort collabore, en 1972, au Petit livre rouge des femmes et à l'organisation du Premier 11 novembre (Journée des Femmes) auquel participe Simone de Beauvoir. Cofondatrice, avec Suzanne Van Rokeghem, Marie Denis et Jacqueline Aubenas, du magazine Voyelles (1979-1982), Jeanne Vercheval-Vervoort participe de 1973 à 1983 au conseil des Cahiers du Grif (Groupe de Réflexion et d’Information féministe dirigé par Françoise Collin).

En 1984, Jeanne Vercheval-Vervoort constitue les Archives de Wallonie. Dans ce cadre, et tout en assurant la cogestion du Musée de la Photographie à Charleroi jusqu'en 2000, elle publie une douzaine d'ouvrages illustrant par la photographie l'histoire sociale et économique de la Wallonie.

En 2006, Jeanne Vercheval-Vervoort est l’auteur, avec Jacqueline Aubenas et Suzanne Van Rokeghem, de l’ouvrage Des Femmes dans l’Histoire, en Belgique depuis 1830.

En choisissant Jeanne Vercheval-Vervoort comme Wallonne de l'année 2006, le jury et le Conseil d’administration de l’Institut Destrée ont voulu rendre hommage à une grande dame qui a su défendre les valeurs humaines et contribuer concrètement à l'émancipation politique et sociale de la femme.

Pour rappel, le Prix Bologne-Lemaire de la Wallonne ou du Wallon de l’année a été instauré en 1976. Son objet est l’octroi d’un prix annuel à une personne qui, par son action sociale, économique, politique ou culturelle aura le mieux servi les intérêts de la société wallonne.

Depuis 1997, le jury qui suggère le nom d'un lauréat au Conseil d'Administration de l'Institut Destrée est présidé par Jacques Lanotte, ancien directeur de l’Institut Destrée et directeur général des Affaires culturelles du Hainaut.

Le prix, d’un montant de 2000 € depuis 2006, a été décerné en 1997 (Wallon de l’année 1996) au comédien et scénariste Jean-Claude Derudder. L’objectif était tant de saluer l’œuvre corrosive et provocante de cet acteur flamboyant, que de rappeler l’importance de la culture comme force de réflexion, de résistance et de changement. Le prix 1997 a été décerné aux frères Luc et Jean-Pierre Dardenne pour leur œuvre cinématographique et documentaire en général, et pour leur long métrage La Promesse, en particulier. En 1998, le prix a été attribué à Michel Foucard, président du Groupe Technord et vice-président de l'Union wallonne des Entreprises, pour son engagement dans le domaine de la qualité et de la citoyenneté des entreprises wallonnes. En 1999, c’est Philippe Suinen, directeur général des Relations extérieures de la Région wallonne, et administrateur délégué de l’Agence wallonne à l’Exportation qui reçoit le prix pour son action dynamique. En 2000, le prix a été attribué à Thérèse Snoy, secrétaire générale d’Inter-Environnement Wallonie au titre de l’implication de la société civile dans la nouvelle gouvernance régionale. En 2001, c’est le pongiste Jean-Michel Saive qui recevait le prix, témoin de l’importance du sport dans notre société ainsi que des valeurs qu’il peut véhiculer. En 2002, le prix était décerné au dramaturge wallon Jean Louvet pour l’ensemble de son œuvre. En 2003, Robert Halleux, spécialiste mondialement reconnu de l’histoire des sciences, des techniques et de l’industrie a été lauréat, au moment de son élection à l'Institut de France. En 2004, c'était au tour de Janos B.Nagy, professeur aux Facultés Notre-Dame de la Paix à Namur, grand scientifique qui a su porter ses recherches jusqu'à la création d'une spin-off prometteuse pour la modernisation de la technologie et de l'économie wallonnes, d'être distingué. Enfin, le prix 2005 était décerné à Christine Mahy, promotrice d'une action globale de développement local et régional en milieu rural et cheville ouvrière du Réseau wallon de Lutte contre la Pauvreté.

Les noms de Maurice Bologne et de son épouse, Aimée Lemaire, fondateurs en 1938 de l’Institut Destrée, président et directrice des travaux de 1960 à 1975, grands Résistants, sont particulièrement bien choisis pour illustrer cette volonté des Wallons d’honorer ceux qui œuvrent à donner à leur région une image de qualité, de dynamisme et de défense des valeurs humaines et démocratiques.

 

L'Institut Destrée L'Institut Destrée,
ONG partenaire officiel de l'UNESCO (statut de consultation) et 
en statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social
des Nations Unies (ECOSOC) depuis 2012
  The Destree Institute The Destrée Institute,
NGO official partner of UNESCO (consultative status) and 
in Special consultative status with the United Nations Economic
and Social Council (ECOSOC) since 2012 

www.institut-destree.eu  -  www.institut-destree.org  -  www.wallonie-en-ligne.net   ©   Institut Destrée  -  The Destree Institute