Institut Destrée - The Destree Institute

               Accueil

Organisation

Recherche scientifique

Education permanente

Conseil

Action

Evénements

 

 

Institut Destrée, Centre de recherche européen basé en Wallonie

Thérèse Snoy,

secrétaire générale d'Inter-Environnement Wallonie

Prix de la Wallonne de l'année 2000

Namur,  25 avril 2000

Le Prix Bologne-Lemaire de la Wallonne ou du Wallon de l’année 2000 a été remis ce 25 avril 2001 à Mme Thérèse Snoy, sociologue et environnementaliste, secrétaire générale d'Inter-Environnement Wallonie, la fédération des associations d'environnement actives en Wallonie ( http://www.iewonline.be/).

Mme Thérèse Snoy est licenciée en sociologie (Université catholique de Louvain, 1974), avec une année de licence spéciale en Urbanisme et Aménagement du territoire. Mme Snoy est également licenciée en Environnement (Licence interfacultaire à l'Université libre de Bruxelles, 1984).

Chargée de mission à l'Administration du Patrimoine culturel (Ministère de la Culture française) de 1976 à 1980, Thérèse Snoy s'y est préoccupée des études socio-économiques sur la réaffectation des centres anciens, monuments et sites. Après un séjour à l'Ile Maurice de 1980 à 1982 où Mme Snoy collabore avec une ONG locale dans le domaine de la formation à l'enquête sociologique, elle rejoint l'Unité des Eaux et Forêts de l'UCL pour réaliser en 1984 et 1985 une étude socio-économique sur la petite propriété forestière en Wallonie. Lors de cette dernière année, Thérèse Snoy lance, avec l'Atelier 50, le Centre régional bruxellois d'Initiation à l'Ecologie (asbl Tournesol-Zonnebloem). Mme Snoy deviendra d'ailleurs directrice de ce centre (1991-1993). De 1993 à 1997, Thérèse Snoy sera associée à l'Atelier 50 pour la réalisation d'études méthodologiques sur l'évaluation environnementale, notamment pour la Région wallonne. Thérèse Snoy a également été attachée au Cabinet du Ministre wallon de l'Environnement, de 1988 à 1991, en charge les dossiers "Sensibilisation et Education à l'Environnement", ainsi que des études d'incidences relatives à la mise en application du Décret de 1985.

Engagée depuis 1973 dans les associations d'environnement, à Nivelles, Bruxelles et Braine-l'Alleud – où elle réside actuellement –, Thérèse Snoy a successivement exercé les fonctions d'administratrice (1987-1988 et depuis 1992), de présidente (1993-1997) et de secrétaire générale d'Inter-Environnement Wallonie (depuis avril 1997).

En choisissant Thérèse Snoy comme Wallonne de l'année 2000, le jury et le Conseil d'Administration de l'Institut Jules-Destrée ont voulu rendre hommage à son action en particulier et à Inter-Environnement Wallonie en général pour leur engagement au profit d'un développement soutenable, au départ de la société civile. De plus, le jury a voulu saluer l'initiative du Contrat d'Avenir pour la Wallonie au travers de la profonde et efficace implication qu'y a pris Inter-Environnement Wallonie tant par la pertinence de l'analyse qui en a été faite par les membres de cette association que par la qualité de l'interpellation menée par sa secrétaire générale.

Pour rappel, le Prix Bologne-Lemaire de la Wallonne ou du Wallon de l’année a été instauré en 1976 à l’initiative de la Fondation Maurice Bologne-Lemaire, dont l’objet est l’octroi d’un prix annuel à une personne qui, par son action sociale, économique, politique ou culturelle aura le mieux servi les intérêts du peuple wallon. De 1977 à 1991, le prix a notamment été décerné à Thierry Michel (cinéaste), Thierry Haumont (écrivain), Irène Vrancken (archiviste), Jean-Maurice Dehousse (ministre-président du gouvernement wallon), René Constant (directeur de l’Institut des Radio-éléments), Michel Quévit (professeur à l’UCL), José Happart (bourgmestre des Fourons), Marinette Bruwier (historienne, vice-recteur de l’Université de Mons-Hainaut), Bernard Anselme (ministre-président du gouvernement wallon).

Le prix n’ayant plus été attribué de 1991 à 1995, le Conseil d’Administration de l’Institut Jules-Destrée, en accord avec la Fondation Bologne-Lemaire, a décidé en juillet 1996 de rendre vigueur à cette heureuse initiative et de décerner à nouveau ce titre à une personnalité. Un jury a donc été constitué sous la présidence de Jacques Lanotte, ancien directeur de l’Institut Jules-Destrée et directeur général des Affaires culturelles du Hainaut. Ce jury est composé d’administrateurs de l’Institut Jules-Destrée et de la Fondation Bologne-Lemaire, actuellement présidée par l’ancien sénateur et juge à la Cour d’Arbitrage, l’économiste Yves de Wasseige.

Le nouveau prix, d’un montant de 50.000 francs, a été décerné en 1997 (Wallon de l’année 1996) au comédien et scénariste Jean-Claude Derudder. L’objectif était tant de saluer l’œuvre corrosive et provocante de cet acteur flamboyant, que de rappeler l’importance de la culture comme force de réflexion, de résistance et de changement. Quant au prix 1997, il a été décerné aux frères Luc et Jean-Pierre Dardenne pour leur œuvre cinématographique et documentaire en général et pour leur long métrage La Promesse, en particulier. Ce film illustre bien en effet la nécessité pour la population wallonne de reprendre conscience de ses responsabilités morales et politiques vis-à-vis des émigrés et des réfugiés et, plus généralement, de s’ouvrir à l’Autre dans un projet humaniste et démocratique. En 1998, le prix a été attribué à M. Michel Foucard, président du Groupe Technord et vice-président de l'Union wallonne des Entreprises pour son engagement dans le domaine de la qualité et de la citoyenneté des entreprises wallonnes. Le prix 1999 avait été attribué à M. Philippe Suinen, grand commis de l'Etat, administrateur délégué de l'Agence wallonne à l'Exportation pour la manière dynamique avec laquelle Philippe Suinen coordonne les relations internationales de la Région, ainsi que pour l’image volontariste qu’il donne de l'Administration wallonne.

Les noms de Maurice Bologne et de son épouse, Aimée Lemaire, fondateurs en 1938 de l’Institut Jules-Destrée, président et directrice des travaux de 1960 à 1975, grands Résistants, sont particulièrement bien choisis pour illustrer la volonté, pour les Wallonnes et les Wallons, d’honorer - ne fut-ce que symboliquement - ceux qui oeuvrent à donner à leur région une image de qualité, de dynamisme et de défense des valeurs humaines et démocratiques.

 

 

L'Institut Destrée L'Institut Destrée,
ONG partenaire officiel de l'UNESCO (statut de consultation) et 
en statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social
des Nations Unies (ECOSOC) depuis 2012
  The Destree Institute The Destrée Institute,
NGO official partner of UNESCO (consultative status) and 
in Special consultative status with the United Nations Economic
and Social Council (ECOSOC) since 2012 

www.institut-destree.eu  -  www.institut-destree.org  -  www.wallonie-en-ligne.net   ©   Institut Destrée  -  The Destree Institute