"Wallonie 2020", Institut Jules Destrée, Cinquième congrès La Wallonie au futur

Wallonie 2020 : une offre de réflexion citoyenne
Lancement des travaux - Namur, lundi 26 novembre 2001

Wallonie 2020
Une réflexion prospective citoyenne sur le devenir de la Wallonie :
Trois objectifs majeurs et une triple démarche

Michel Quévit
professeur à l'Université catholique de Louvain,
président du Comité scientifique La Wallonie au futur

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais vous présenter, au nom du Comité scientifique, de manière plus précise mais aussi relativement concise, le contenu de l’opération "Wallonie 2020" que nous lançons aujourd’hui :

- Quels sont ses objectifs ? - Objectif 1 : Appréhender le futur de la Wallonie et ses enjeux à l’horizon 2020
- Objectif 2 : Partir des besoins de la société civile et des réalités vécues de la population
- Objectif 3 : Inscrire le devenir de la Wallonie dans le contexte des mutations mondiales et européennes
- Quelle est sa démarche ? 1. D’abord, nous voulons nous inscrire dans une approche proactive du devenir wallon
2. Notre démarche se voudrait aussi être un outil pour la décision stratégique de la "Wallonie en projet"
3. Enfin, troisième dimension de notre démarche : être un instrument de la gouvernance wallonne

Retour haut de page

Les objectifs de Wallonie 2020 

Objectif 1 : Appréhender le futur de la Wallonie et ses enjeux à l’horizon 2020

Contrairement aux travaux précédents de la "Wallonie au futur" - que Fabienne Goux-Baudiment a très bien circonscrits -, nous voulons plus résolument que par le passé entamer une réflexion prospective sur le devenir de la Wallonie.

Cela consiste à répondre à trois impératifs majeurs :

1. Considérer la réalité de la Wallonie non seulement comme une collectivité territoriale mais aussi comme une société en devenir confrontée à ses propres mutations et capable de circonscrire ses propres enjeux;

2. Inscrire ces enjeux dans le champ du "faisable". Pour reprendre cette belle formulation de Fabienne Goux-Baudiment : formuler les futurs souhaitables et identifier les stratégies possibles;

3. Nous projeter, enfin, dans un dimension du temps suffisante que pour bien les maîtriser : l’horizon 2010, c’est déjà aujourd’hui (ex ; UE), l’horizon 2020, c’est un demain qui nous interpelle et qui est maîtrisable.

Retour haut de page

Objectif 2 : Partir des besoins de la société civile et des réalités vécues de la population

S’inscrire dans une démarche prospective consiste à donner une priorité absolue à l’examen des problèmes vitaux que rencontre la population de Wallonie dans toutes ses composantes, à mieux en saisir les causes pour, finalement, mieux en maîtriser les évolutions.

Cela a comme conséquence qu’il faut partir d’abord de la société civile pour remonter ensuite vers les sphères des organisations et des institutions. C’est pourquoi nous avons intitulé notre initiative : "offre de réflexion citoyenne".

Retour haut de page

Objectif 3 : Inscrire le devenir de la Wallonie dans le contexte des mutations mondiales et européennes

Ceci est une évidence pour nous tous. En effet, la Wallonie n’est pas une réalité "à coté" ou "à part" des grandes mutations de la société mais au contraire, elle en est traversée "de part en part" et de manière permanente.

Je voudrais, à titre d’exemples, pointer deux grands défis majeurs (il y en a beaucoup d’autres à explorer) qui ne pourront être évités dans cette première moitié du XXIème siècle et pour lesquels nous aurons un besoin impératif d’une réflexion prospective:

1. la globalisation de l’économie aux pourtours inconnus il y a à peine une décennie, qui évolue de manière galopante et notre difficulté à garantir à la prochaine génération un développement durable. Très concrètement, pour la Wallonie, se posera la gestion d’un nouveau paradoxe : comment réussir son ajustement structurel qui est un impératif pour assurer un minimum de croissance à sa population et tout à la fois garantir à la future génération les conditions d’un développement durable ?

2. La construction du nouvel espace européen et les conséquences de son élargissement : c’est un enjeu pour aujourd’hui (en fin 2002, 10 nouveaux Etats membres adhèrent à l’Union Européenne) mais aux conséquences énormes pour demain. Pour la première fois dans son histoire contemporaine, l’Europe va devenir un continent unifié à l’échelle de près 700 millions d’habitants partageant une même citoyenneté. Pour la première fois depuis la création du marché unique en 1991, l’Europe va s’ouvrir à des nouveaux pays moins riches à la fracture sociale énorme, ce qui demandera à tous les Etats membres de l’Union élargie des efforts de solidarité pendant au moins deux générations. Quel sera le modèle économique et social européen de demain qui garantira à nos populations un développement équitable fondé sur la solidarité entre nantis et moins nantis? C’est un enjeu de taille car il implique de réajuster les fondements même de la politique de concurrence communautaire. Les Wallons, parce qu’ils habitent dans une région à compétences institutionnelles fortes, ne pourront rester à la marge des solutions à apporter à ce défi.

Retour haut de page

La démarche de Wallonie 2020

Elle est pour nous triple :

1. D’abord, nous voulons nous inscrire dans une approche proactive du devenir wallon :

Mais que voulons-nous dire par une démarche "proactive" ?

1. Anticiper les problèmes pour mieux construire le devenir de la société wallonne

Notre réflexion prospective ne consistera aucunement à  "prédire" l’avenir à l’instar des oracles de la Pythie de la Grèce ancienne… mais bien à se donner les moyens de le construire ! En d’autres termes, il s’agira d’anticiper les évolutions probables afin de   se propulser dans le temps mû par une volonté de changement. La visée est bien de se projeter dans le temps…

N’est-il pas souvent vrai que nos visées stratégiques "suivent" le temps plutôt que le précéder entraînant ainsi nos politiques à s’adapter aux seuls aléas de la conjoncture !

2. Inscrire l’avenir de la Wallonie dans son historicité

Je retiens ce concept d’un de mes maîtres qui est aussi un de nos plus brillants esprits de Wallonie, le professeur Jean Ladrière – concept certes un peu barbare qui veut dire une chose très simple : nous sommes situés "ici et maintenant" dans un mouvement incessant d’interactions entre notre passé et notre présent que nous nous devons de projeter dans un avenir autre et toujours changeant. Pas question pour nous d’oublier d’où nous venons pour connaître où nous sommes et indiquer où nous allons. En d’autres termes, pas question de nous projeter dans le futur sans dérive….pour reprendre une image familière aux navigateurs…

3. Appréhender la réalité wallonne dans l’interactivité de l’économique, du social, du culturel et du politique

Cette dimension fut constamment au cœur de la démarche de la "Wallonie au futur" depuis sa création. Nous avons toujours essayé, dans nos travaux, de ne pas cloisonner les problèmes de la société mais bien de montrer leurs liens et leur interaction. Sur ce point, nous pouvons dire que nous avons réalisé une réelle avancée en Wallonie : Personne ne mettrait en doute, actuellement, que son redressement économique pourrait se faire indépendamment de la valorisation de ses ressources humaines; que la création des emplois nouveaux pourrait se faire sans développer une culture ouverte à la créativité et à l’initiative; que la renaissance d’un nouveau développement territorial passe nécessairement par la résurgence d’une action culturelle !

C’est dire que nous n’allons pas réfléchir sur des thématiques - l’emploi, l’éducation, la culture, la technologie, le logement - mais bien sur des problématiques qui cristallisent les nœuds du futur entre ces thématiques.

C’est pourquoi nous avons opté pour la constitution de groupes de travail selon une méthode aléatoire pour éviter les regroupements selon les disciplines, les appartenances philosophiques, les spécialisations professionnelles, etc.

Retour haut de page

2. Notre démarche se voudrait aussi être un outil pour la décision stratégique de la "Wallonie en projet"

La démarche prospective est fondamentalement stratégique puisque, comme je le soulignais auparavant, elle est un outil pour construire l’avenir. A ce titre, sa finalité est d’être  orientée vers l’action.

La finalité stratégique de notre initiative nécessite, cependant, une clarification de base sur son statut spécifique et son autonomie.

1. Disons-le d’emblée, la prospective n’est pas la stratégie mais elle l’éclaire et lui donne un référent pour la définition des orientations stratégiques de la société. A ce titre, elle doit rester "interpellante" pour tous les acteurs de cette société.

2. En plus, notre démarche de réflexion ne peut être en aucun cas l’instrument du pouvoir institutionnel car elle s’adresse à toutes les composantes de la Wallonie en tant que membres de la collectivité territoriale et non seulement aux seuls responsables politiques wallons.

Notre objectif n’est pas de réaliser le prochain "Contrat d’Avenir" qui reste de la seule compétence et responsabilité du Gouvernement wallon.

Toutefois, parce que notre réflexion porte sur les enjeux stratégiques, nous poursuivons une visée "de politique" évidente puisqu’elle consiste à :

- dépasser la visée du court terme;
- anticiper les solutions à apporter aux problèmes de société et des citoyens;
- inscrire les enjeux stratégiques dans des politiques concrètes et décloisonnées;

Retour haut de page

3. Enfin, troisième dimension de notre démarche : être un instrument de la gouvernance wallonne

La gouvernance est, certes, une notion à la mode mais elle est pertinente pour notre propos dans la mesure où elle réhabilite le rôle indispensable des acteurs dans le fonctionnement de la cité.

Une démarche qui se veut être citoyenne se doit aussi d’être ancrée dans la dynamique de ses acteurs en partant du citoyen, des associations jusqu’aux acteurs décisionnels.

C’est pourquoi nous nous sommes adressés à vous en tant qu’acteurs concernés qui se veulent parties prenantes dans les choix d’avenir de la Wallonie.

Je suis convaincu que cette interaction entre notre démarche de réflexion de prospective et la gouvernance constitue la réelle valeur ajoutée de notre initiative. J’en donnerai deux raisons majeures :

1. Si Wallonie 2020 se veut être un instrument au service d’un projet de société pour la Wallonie, il est impératif que celui-ci se construise en concordance avec les besoins de la société civile et qu’il soit aussi légitimé par l’ensemble des acteurs concernés par le devenir de notre Région.

Certes, nous pouvons épiloguer longtemps sur les liens entre la société civile et les acteurs. Pour le Comité scientifique de la Wallonie au futur, le choix est simple et clair : nous nous adressons à toutes celles et ceux qui manifestent une volonté d’action là où ils vivent, qu’ils se situent dans la sphère de la société civile et du monde associatif, dans celle de l’économie et des entreprises, ou encore dans celle de la culture, de l’enseignement, de la recherche, de la santé ou de l’Etat.

 

2. Les congrès de la Wallonie au futur ont toujours voulu renforcer le statut de collectivité territoriale organisée d’une Wallonie capable de construire un discours stratégique sur elle-même et son devenir qui induise des politiques concrètes et concertées. A ce titre, l’avenir de notre Région étant l’affaire de tous les acteurs de la Wallonie, il importe de les impliquer à tous les stades du déroulement de notre réflexion.

Pour nous, la gouvernance régionale n’est rien d’autre que la capacité de la Wallonie de prendre en mains l’orientation et la direction de sa stratégie, au travers des mécanismes de consultation, de concertation et de légitimation entre tous les acteurs du projet régional.

    Nous voulons nous inscrire résolument dans cette mouvance, mais sans en avoir l’exclusivité car cela nierait la démarche elle-même !

C’est dire cependant combien notre ambition vise à contribuer à mettre en place, en Wallonie, une démarche résolument citoyenne :

- qui s’appuiera sur une participation volontaire;
- qui favorisera une dynamique d’échange et de dialogue entre les acteurs de la société civile et les acteurs institutionnels;
- qui s’inscrira  dans le débat démocratique.

C’est considérer aussi que notre démarche citoyenne n’est pas contradictoire avec le souci de voir se dégager un consensus autour de priorités à définir pour l’action.

C’est bien dans une volonté de construction du consensus régional que souhaiterait se profiler cette opération Wallonie 2020.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, ce qui est recherché n’a rien à voir avec un "consensus mou" qui nie la pluralité de nos diversités sociales, ethniques et territoriales. Aussi, notre volonté de construire un consensus régional se fondera-t-elle sur :

- le respect des différences et l’expression des divergences de points de vues et d’opinion;
- la recherche de convergences d’intérêt général;
- et, si cela est possible, la valorisation de coopération et de partenariats entre tous les acteurs de la société wallonne.

Retour haut de page

Conclusion

Mesdames, Messieurs,

Laissez-moi encore vous remercier, au nom des enfants de nos enfants présents et à venir, d’avoir répondu à ce premier appel du Comité scientifique de la "Wallonie au futur" et vous exhorter à vous lancer, dès aujourd’hui, dans cette aventure innovante qui est aussi une toute première en Wallonie.

Retour haut de page

"Wallonie 2020", Institut Jules Destrée, Cinquième congrès La Wallonie au futur

1. 

Appel aux acteurs
2. Démarche participative

 3.

Pilotage : Comité scientifique du congrès permanent La Wallonie au futur

4.

Namur 26.11.01. : Lancement de la démarche
5. Calendrier dynamique
6. Renseignements et contacts
7. Coopération à Wallonie 2020
8. Inscription
Congrès permanent La Wallonie au futur  
La Wallonie au Futur : Index des congrès 1987-1998
Publications des actes des congrès I à IV
 

Retour haut de page

Wallonie-en-ligne, portail interactif de l'Institut Jules-Destrée, Centre d'étude et de recherche non gouvernemental en Wallonie

Page mise à jour le 05-03-2007

Congrès permanent La Wallonie au futur - Index des congrès

Institut Jules-Destrée : Pôle Recherche, Pôle Information, Pôle Citoyenneté, Pôle Prospective

Tous droits réservés © Institut Jules-Destrée