"Wallonie 2020", Institut Jules Destrée, Cinquième congrès La Wallonie au futur  

Wallonie 2020 : émergence des nœuds de futur
Rapport transversal des synthèses des quatorze groupes de travail tenus de février à juillet 2002

Groupe des GIOVANA  – Rapporteur : Jérôme Wilson

 I. Le problème

 1. L’objectif présenté par le projet “Wallonie 2020” consiste à définir des nœuds de futur.  Ceux-ci ont, par définition, les caractéristiques suivantes :

- il s’agit d’enjeux structurels
- ces enjeux concernent des séquences de temps longues, et impliquent un rapport passé / futur
- ces enjeux doivent toucher une partie significative de la population wallonne.

 

2. Au niveau méthodologique, il s’agit de créer une dynamique de groupe qui génère une intelligence collective.  Au-delà de la légitimité scientifique, il s’agit de construire un savoir basé sur la confrontation des expériences personnelles.

Retour haut de page

II. Les réactions

Face à cette définition, plusieurs remarques ont été apportées :

- la Wallonie est une mosaïque.  Elle est disparate (composée de différents bassins de vie).  Comment concilier une vision à la fois unitaire et décentralisée des nœuds de futur qui caractérisent la Wallonie ?  Les nœuds de futur sont-ils les mêmes partout ?  Faut-il se limiter aux nœuds de futur qui sont communs à toute la Wallonie ?
- la ‘division’ de la Wallonie n’est pas prise en compte.  Mais peut-être cela est-il dû à une perception latente (inconsciente ?) qui fait interpréter tout ce qui ne serait pas avec nous comme étant contre nous
- il est parfois difficile de distinguer ‘enjeux’ et ‘attentes’

Retour haut de page

III. Le travail

Le groupe a caractérisé la Wallonie avec les groupes d’adjectifs suivants :

Accueillante
Chaleureuse
Ouverte

Altruiste
Solidaire

Soucieuse de l’avenir

Ingénieuse (créative)

Joyeuse
Jouisseuse

Revendicative

Blessée

Abandonnée

 Myope
Centripète

Défaitiste

Futile
Candide

Lente
Passive

Absente

Idéale

Éclatée
destructurée

Retour haut de page

2. A partir de ces adjectifs, le groupe a défini plusieurs interactions.  Les liens suivants ont entre autres été proposés :

- lien entre ‘blessée’ et ‘ingénieuse’ : la Wallonie ne sait pas se vendre ; ne sait pas développer un ‘réseau d’affaires’
- lien entre ‘solidaire – altruiste’ et ‘accueillante – chaleureuse – ouverte’ (vue positivement de l’extérieur) : « l’entraide est l’une des forces principales de la Wallonie »
- lien entre ‘lente, myope, futile, candide’ et ‘blessée, abandonnée’ (vue négativement de l’extérieur) : « on en a fait assez pour elle ; ce n’est plus la peine d’ ‘investir’ dans la Wallonie »
- lien entre adjectifs ‘humains’ (‘solidaire, altruiste,…’) et ‘structurels’ (‘éclatée, déstructurée,…’) – opposition entre l’intérêt de l’individu / l’intérêt de l’organisation ?
- …

Retour haut de page

3. Cette réflexion donne lieu à la rédaction de trois schémas qui décrivent de façon différente la même réalité observée à partir des groupes d’adjectifs :

- un schéma ‘logique’ (cause-conséquence) : sur base des adjectifs, la colonne de gauche décrit un constat, prolongé au centre du schéma par un diagnostic qui explique la conséquence développée dans la colonne de droite.  Ce schéma prend en compte la notion de temps.
- un schéma ‘organisationnel – économique’ : sur le plan économique, les investisseurs abandonnent une Wallonie jouisseuse, ce qui la rend défaitiste (incapable de mobiliser son ingéniosité)
- un schéma ‘humain’ : sur base de noeuds liés essentiellement à l’ ‘humain’ (l’individualisme, la (dé)valorisation de l’homme, l’homme politique, l’homme travailleur)

Retour haut de page

IV. Les conclusions

L’un des nœuds centraux du futur pouvait paraître être l’exclusion sociale (à travers l’éducation, le chômage, etc.) et la violence qu’elle véhicule.  Le groupe a abordé la discussion des conclusions sur cette base, mais a finalement rejeté cette approche.  En tant que telle, l’exclusion sociale n’apparaît pas comme un nœud de futur ; on ne peut se limiter à mettre en parallèle exclusion et intégration.  Les nœuds de futur doivent être davantage des propositions de remèdes que des constats d’échecs, et la lutte contre l’exclusion sociale est un objectif mais non un moyen.

 Ainsi, le groupe a retenu les nœuds de futur/remèdes suivants :

 - Le travail

Le travail doit être un facteur de valorisation de l’individu.  Cette approche suppose une valorisation du travail (« goût du travail »), le développement des aptitudes au travail (compétences), et la mise en place d’incitants au travail (reconnaissance des différents statuts des différents travailleurs).

 - L’éducation et l’enseignement

La famille et l’école doivent être associées pour assurer les missions d’éducation d’enseignement, qui doivent se faire à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’école.  Le groupe a proposé pour concrètement développer cette interaction de mettre en place des écoles de parents (destinées à former et informer les parents).

- L’exercice démocratique

 Divers groupes constituent la Société.  Ont été distingués : les citoyens, les jeunes (mineurs d’âge), les représentants des médias, les responsables politiques, les acteurs qui organisent la Société (administrations publiques, entreprises, syndicats, ASBL, ONG, etc.).  L’exercice des pouvoirs et des responsabilités doit être attribué selon des modalités différentes à ces groupes.  Une saine démocratie suppose une définition claire des droits et devoirs de chacun (exemple : doit-on accorder le droit de vote aux mineurs d’âge, ce qui signifie les rendre « responsables » ?  N’est-ce pas vider le mot « responsabilité » de son sens ?).  Par ailleurs, certains groupes ont une puissance de diffusion qui leur permet de devenir des « standards de valeurs » (médias).  Cette puissance particulière demande une (auto)régulation à laquelle il faut être particulièrement attentif.

 - La créativité

La créativité doit être perçue comme une manière d’être, un comportement.  De cette façon, la créativité peut être durable et concrète.  Il faut donc stimuler la créativité dans le système éducatif : l’individu doit recueillir les encouragements du groupe grâce à ses comportements positifs, et les résistances auxquelles il est confronté doivent être minimisées.

- Le dialogue des générations

Les attitudes évoluent, notamment par rapport aux attentes (le travail constitue pour certains un « sacrifice », pour d’autres un « droit » ou une « chance »).  Bien souvent ces différences de conception s’articulent autour de générations différentes.  Elles peuvent provoquer l’incompréhension, et être de plus en plus segmentées entre elles, sans échanges.  Il s’agit d’établir un équilibre entre les nouvelles et les anciennes générations (travail en équipes) de nature à favoriser la transmission du savoir et à limiter les conflits.  La créativité ne doit pas s’opposer à l’expérience. 

Ne pourrait-on pas mettre plus largement en place un système d’encadrement des jeunes faisant face à des difficultés (emploi, etc.) par des anciens ayant appris à prendre en compte la nouveauté ?

- Economie privée – économie publique ?

Tout dépend d’un débat et finalement d’un contrat par lequel les citoyens confient la gestion de leurs affaires à des intermédiaires ayant des objectifs différents.  Il ne faut pas confondre « décideur », « gestionnaire », « contrôleur ».  Le premier définit des critères (géographiques, économiques, politiques) de décision.  Le second est chargé de tous les aspects opérationnels.  Le troisième évalue les performances des deux premiers en fonction de leurs objectifs annoncés.  En fonction de la nature de la puissance publique impliquée, du niveau de services, de la qualité de résultat attendu, et du coût à supporter par la collectivité, public et privé peuvent être investis de ces trois différentes missions.  Il n’y a donc pas de choix absolu à faire  a priori entre public et privé.  Par contre, certaines « bonnes pratiques de gestion » des uns et des autres doivent être des constantes.  Toute création d’équipement suppose par exemple la mise à disposition d’un plan d’amortissement et d’un budget de fonctionnement.

"Wallonie 2020", Cinquième congrès "La Wallonie au futur" -  Institut Jules Destrée - 2001-2003  
 
Wallonie 2020

Retour haut de page

Portail Wallonie-en-ligne : plan thématique Portail Wallonie-en-ligne : outils de recherche Portail Wallonie-en-ligne : plan du site
Wallonie-en-ligne, portail interactif de l'Institut Jules-Destrée, Centre d'étude et de recherche non gouvernemental en Wallonie

Page mise à jour le 23-08-2004

Congrès permanent La Wallonie au futur - Index des congrès

Institut Jules-Destrée : Pôle Recherche, Pôle Information, Pôle Citoyenneté, Pôle Prospective

Tous droits réservés © Institut Jules-Destrée