"Wallonie 2020", Institut Jules Destrée, Cinquième congrès La Wallonie au futur  

Wallonie 2020 : émergence des nœuds de futur
Rapport transversal des synthèses des quatorze groupes de travail tenus de février à juillet 2002

Groupe des FATIMA   – Rapporteur : Marie-Hélène Ska

Quelques données relatives au groupe

Le groupe des Fatima a fortement évolué au cours du temps.
7 participants au départ, puis fusion avec un autre groupe et  jusque 10 participants pour terminer  à 8,  animateur et rapporteur inclus.

A noter trois animateurs successifs .

Une seule femme (en dehors de la rapportrice présente à 4 reprises) a assisté à deux rencontres.

Elle était également la seule à venir réellement en « citoyenne » non « affiliée » à l’un ou l’autre club de réflexion ou à l’une ou l’autre organisation partie prenante de la démarche.

5 réunions du groupe ont eu lieu.

Retour haut de page

Les constats de départ du groupe

Au départ, 25 constats ou qualificatifs caractérisaient la Wallonie.

Neuf d’entre-eux étaient connotés négativement, 12 positivement et 4 de manière mixte : voir à ce propos le récapitulatif dressé en fin de troisième séance : ci-joint.

Retour haut de page

Les nœuds de futur

Deux nœuds de futur ont été dégagés lors de la quatrième séance : voir la présentation graphique en annexe 2.

Ils peuvent être présentés de la manière suivante :

Retour haut de page

Explicitation du premier nœud : ouverte-compartimentée

La notion d’ouverture renvoie à la fois à des pratiques culturelles (capacité de soutien à des personnes en difficulté, à une mutliplicité des contacts et des relations de proximité, à la capacité à gérer et à générer des consensus).

La notion d’ouverture renvoie également à la capacité perçue de travailler de manière renouvelée par rapport à des mêmes objectifs, à une « obstination orientée ».

La côté ouvert concerne  la population et  les diverses structures qui la traversent : il est facile pour un étranger de s’installer en Wallonie alors qu’il peut être difficile à un wallon de s’implanter dans d’autres pays en raison des réglementations et des pratiques locales.

La notion de compartimentage résulte des structures économiques, géophysiques et politiques (concurrence-rivalité entre provinces) et de la « mémoire historique » (passé distinct des villes et des provinces).

Retour haut de page

Explicitation du second nœud : entreprenante versus statique – timorée - relativement défaitiste

Le caractère entreprenant de la Wallonie a trait  à diverses dimensions :

·                                 elle ne renvoie pas au seul champ économique mais aussi àl‘initiative associative, culturelle,…

·                                 en apparence, la Wallonie donne l’impression d’une entité figée mais elle recouvre un ensemble d’initiatives très denses et très vivantes.

·                                 On commence petit et on ne vise pas nécessairement à grandir mais plutôt à être bien comme on est.

·                                 Le niveau de formation est non négligeable.

·                                 Les wallons investissement beaucoup de temps dans des travaux individuels (même non rémunérés) : clubs sportifs,… : le wallon ne se focalise pas sur son travail.

·                                 Les centres d’intérêt des wallons sont  nombreux et variés.

·                                 Notion de plasticité, de fluidité.

La caractère statique peut être relié au fait que, vu de l’extérieur, on peut avoir l’impression que rien ne bouge.

L’idée est aussi que les wallons consacrent beaucoup de temps à des négociations « sémantiques » qui masquent des négociations d’enjeux et de résolution de conflits : on ne va pas directement à l’affrontement.

Le « relativement défaitiste » s’explique par l’intériorisation d’une position de minoritaire, par l’évitement du conflit, la réduction des prétentions suite à un échec ou encore l’absence de stratégie d’affrontement direct.

Le caractère timoré peut se traduire par une apparence de réactivité plutôt que de « pro-activité », une tendance à « lisser » les choses voire à une certaine priorité de l’agir sur le dire.

A noter encore en vrac :

·                                 le fait que le wallon vend mal ce qu’il fait (peu de publications, peu de mise en avant). 

·                                 Le fait que l’on semble fonctionner en Wallonie davantage par politiques plutôt que par « programmes » détaillés. 

·                                 Analogies évoquées : le surréalisme belge ou à la théorie de la poubelle.

En fin de séance, une tentative de positionnement dans la cible de prospective participative a donné les positionnements suivants :

Retour haut de page

Représentations

4.0

 

 

Wallonie            4.5          0.5                  2020

 

3.5

 

Intelligence collective

Retour haut de page

Eléments d’évaluation

L’évaluation de la démarche conduit à mettre en avant les éléments suivants :

-                      la méthode de travail en a laissé plus d’un perplexe.  Ce fait est sans doute à mettre en relation avec la composition du groupe (davantage coutumié de prises de paroles directes, imprégné de légitimité représentative,…).

-                      L’exercice de construction d’une intelligence collective est jugé positif et constructif même si cela a été difficile à mettre en œuvre.

-                      La difficulté d’intégrer au groupe des personnes ne disposant pas d’une « culture » d’organisation ou de structure représentative est soulignée.

-                      Regret quant au caractère relativement nébuleux des objectifs de la première phase par rapport à l’ensemble de la démarche.

-                      Le groupe estime trouver, en fin de première phase, une relative dynamique et s’interroge sur la formule de réunions retenue : 5 fois une soirée à un mois d’intervalle. Ils semble qu’une formule d’un ou deux jours soit plus mobilisatrice et permette au groupe de mieux travailler.

-                      Une interpellation est lancée au comité scientifique : il semble qu’existe une distance entre le mode de « recrutement » des personnes des divers groupes (notamment en relançant les organisations signataires de la démarche ) et la volonté de mettre en place un processus citoyen non fondé sur la représentation.

Retour haut de page

"Wallonie 2020", Cinquième congrès "La Wallonie au futur" -  Institut Jules Destrée - 2001-2003  
 
Wallonie 2020

Retour haut de page

Portail Wallonie-en-ligne : plan thématique Portail Wallonie-en-ligne : outils de recherche Portail Wallonie-en-ligne : plan du site
Wallonie-en-ligne, portail interactif de l'Institut Jules-Destrée, Centre d'étude et de recherche non gouvernemental en Wallonie

Page mise à jour le 23-08-2004

Congrès permanent La Wallonie au futur - Index des congrès

Institut Jules-Destrée : Pôle Recherche, Pôle Information, Pôle Citoyenneté, Pôle Prospective

Tous droits réservés © Institut Jules-Destrée