Institut Destrée - The Destree Institute

               Accueil

Organisation

Recherche scientifique

Education permanente

Conseil

Action

Evénements

 

 
Cette section propose la liste des notices contenues sur le cédérom de l'Encyclopédie du Mouvement wallon. Les notices accessibles en ligne sont datées : le carré jaune indique les mises à jour, le carré rouge signale les nouvelles notices.

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

 

   

Jaumain Eugène

    Né à Rochefort le 7 septembre 1874, décédé à une date inconnue 

Eugène Jaumain est déjà commis-chef au ministère belge de l’Industrie et du Travail au moment où est décrété par l’occupant allemand le transfert de ses services vers Namur (juillet 1917). Son chef, Louis Dejardin, directeur général des mines, lui assure que, sur avis d’hommes politiques consultés, seuls les hauts fonctionnaires – jusqu’au grade de directeur uniquement – sont invités à démissionner ; Dejardin se dit satisfait que Jaumain reste en fonction afin de pouvoir exercer une surveillance sur les archives précieuses de l’administration des mines. Après quelques mois à Namur, Jaumain est promu chef de division (janvier 1918).

Après l’Armistice, la Justice belge reproche à Jaumain sa participation aux ministères wallons. Il est révoqué de son emploi de fonctionnaire par un Jury d’honneur. Avec d’autres employés révoqués, Jaumain entend se défendre et constitue la « Commission internationale pour la défense des intérêts wallons en Belgique et à l’étranger » (début 1919). Cette Commission adresse un memorandum au ministre de la justice Émile Vandervelde pour faire valoir son bon droit, ainsi qu’une note explicative au ministre Poullet et une supplique au Cardinal Mercier. Secrétaire de la Commission, Eugène Jaumain se défend de tout activisme, nie toute participation au Comité de Défense wallonne, dont il respecte par ailleurs les objectifs, et insiste sur le rôle indispensable que les fonctionnaires ont joué en l’absence de l’autorité belge réfugiée au Havre. Jaumain regrette que les secrétaires généraux des ministères n’aient donné aucune instruction à leur personnel après la proclamation de la séparation administrative du 21 mars 1917. Il rappelle que de nombreux agents sont restés en fonction sur les conseils de Charles Woeste et du cardinal Mercier. Il souligne que leur révocation, après l’Armistice, a permis des promotions providentielles et réclame, enfin, la réintégration des fonctionnaires révoqués dans l’administration de l’État.

Lors de l’instruction du procès de Namur contre les membres des ministères wallons, Jaumain est interrogé mais ne doit pas comparaître devant la Justice. Son directeur, Dejardin, reconnaît qu’il a parfaitement assisté le secrétaire général. Le fonctionnaire obtient un non-lieu de la part de la Justice. Mais il entend poursuivre son combat en faveur des fonctionnaires. En décembre 1924, Jaumain établit une distinction qu’il juge capitale entre les fonctionnaires (apolitiques) et les membres du Comité de Défense de la Wallonie (les politiques), quand il constitue un Groupement des fonctionnaires wallons révoqués, dont il prend la présidence. Il s’agit de réunir les dossiers administratifs introduits devant les chambres d’appel et de les défendre. Le Groupement est soutenu par le journal bruxellois Midi.

En 1921, on retrouve Eugène Jaumain comme président de la société coopérative La Maison wallonne de Bruxelles et comme fondateur de la Banque de Wallonie. Administrateur de La Maison wallonne (Bruxelles), il en démissionne en avril 1922.

 

Jean-Pierre Delhaye – Paul Delforge

 

ARCHIVES IDES LEJOUR, A. Clara, P. Delforge et J-P. Delhaye, Idès Lejour, dans Encyclopédie du Mouvement wallon, t. II, p. 964 - Dossiers des ministères wallons, Manuscrit n° 2669 : Eugène Jaumain - Paul Delforge, La Wallonie et la Première Guerre mondiale. Pour une histoire de la séparation administrative, Namur, Institut Destrée, 2008

 

 

L'Institut Destrée L'Institut Destrée,
ONG partenaire officiel de l'UNESCO (statut de consultation) et 
en statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social
des Nations Unies (ECOSOC) depuis 2012
  The Destree Institute The Destrée Institute,
NGO official partner of UNESCO (consultative status) and 
in Special consultative status with the United Nations Economic
and Social Council (ECOSOC) since 2012 

www.institut-destree.eu  -  www.institut-destree.org  -  www.wallonie-en-ligne.net  ©   Institut Destrée - The Destree Institute